Plantes d'intérieur

Cultiver les violettes africaines à ma façon


Sommaire: «African Violets My Way» vient des expériences personnelles de croissance d'Evelyn Pelt… une productrice de longue date des merveilleuses plantes d'intérieur. C'est une façon pour moi d'acquérir tant de connaissances en apprenant à cultiver tous les types de plantes… profitez-en.

Dans l'endroit le plus agréable de ma maison, mon bureau à domicile-salle des plantes, les fenêtres sont remplies de violettes africaines.

Ils sont disposés de manière décorative et sont visibles en permanence. Ma façon est d'avoir des violettes africaines juste devant moi la plupart du temps.

Bien qu'elle ne mesure que 11 pieds sur 13 pieds et qu'elle soit exposée au nord-est, ma salle des plantes a l'apparence d'une petite serre et sert presque le même objectif.

Je l'apprécie, tout comme les visiteurs qui, je le remarque, regardent toujours mes plantes avec appréciation.

Je sympathise avec les collectionneurs de plantes qui cultivent un grand nombre de variétés, qu'ils placent dans chaque fenêtre disponible et plus tard, en dernier recours, emmènent dans la salle de jeux du rez-de-chaussée, où leur passe-temps n'a pas besoin de connaître de limites.

Mais il y a une telle chose, je crois, comme avoir trop de plantes. La multiplicité et le multitâche peuvent devenir une malédiction; Les violettes africaines sont tout simplement trop belles pour être cachées ou jouées ensemble pour en avoir beaucoup.

L'hiver dernier, j'ai aménagé de nouveaux jardins de fenêtres dans une pièce décorée spécialement pour mes violettes africaines. J'ai choisi comme fond d'écran un papier peint de blocs blancs mis en valeur par un motif de vigne.

Botaniquement, le papier est incorrect, car la vigne a des feuilles de glycine et des fleurs de vigne trompette violettes.

Cependant, il convient à mes violettes africaines à un «T», captant leurs tons bleus et violets brillants et rehaussant ainsi leur beauté - comme si cela était vraiment nécessaire. Le tapis est vert feuille doux.

À l'origine, la pièce n'avait que deux fenêtres, mais récemment, j'en avais deux autres, une de chaque côté de la seule fenêtre est.

Ici, j'ai une étagère de 12 "pouces de 10 pieds de long qui contient trois plateaux de galets en fer galvanisé, chacun de 10-1 / 2" pouces de large, 34 "pouces de long et 1" de profondeur.

En bas, sur les côtés de l'étagère, se trouvent des armoires pour contenir mes dossiers de magazines de plantes, catalogues de pépinières et aussi les inévitables fournitures de violette africaine.

Les deux fenêtres latérales dans l'ensemble de trois sont équipées d'étagères en verre (la fenêtre centrale est maintenue dégagée pour que je puisse voir à l'extérieur).

L'étagère la plus basse, qui ne s'étend que sur la moitié de la fenêtre, mesure 16 pouces de long; il est suspendu à 14 pouces au-dessus des plateaux, laissant ainsi suffisamment de place pour les plantes en dessous.

L'étagère du milieu, s'étendant à partir de la bande de verrouillage, mesure 31 pouces de long, tout comme la troisième étagère. Les étagères varient en largeur, la plus basse étant de 6 pouces, celle du milieu de 8 pouces et celle du haut de seulement 5 pouces.

Sur un côté des fenêtres est suspendu un grand pot rose de lierre de raisin exubérant. De l'autre côté se trouve un support en fonte à trois sections, qui portait autrefois des lampes à huile, mais qui tient maintenant trois de mes animaux de compagnie traînant des violettes africaines. Je me réjouis de ces variétés de rangy descendant de Saintpaulia grotei, mais elles ont besoin d'espace pour se promener.

Au fond de la pièce, une fenêtre nord, éclairée par la lumière réfléchie par un mur de garage blanc, contient trois autres étagères en verre. De plus, au niveau de la fenêtre, il y a un support de plante en fil de fer blanc à deux étages monté sur roulettes. Il est facile de faire rouler le support dans des quartiers plus ensoleillés lorsque les jours d'hiver très sombres deviennent trop fréquents.

Le support à plantes est également équipé de plateaux de galets, que je remplis d'eau. Dans cette petite pièce, l'atmosphère est constamment humidifiée par l'évaporation de l'eau qui recouvre à peine les pierres des plateaux.

Dans mon atelier, il n'y a ni rideaux ni draperies, les violettes africaines étant assez brodées; et les fenêtres ne semblent pas nues. En été, la grande fenêtre a un auvent, que je soulève et abaisse aussi souvent que la force du soleil oriental l'exige. À la fenêtre nord, aucun ombrage n'est requis; généralement en été, je déplace les plantes des étagères vers un grand support sur le porche, où tout le monde peut les apprécier.

Au passage, je trouve qu'il n'est pas nécessaire de retirer les étagères en été. Une ventilation suffisante est fournie par la fenêtre nord, qui peut être ouverte un peu sans casser les étagères en verre, et la fenêtre centrale dégagée.

Les plantes de mon jardin de fenêtre ont dû être expédiées en décembre, car la pièce n’était pas prête jusque-là. Cependant, les précautions prises par mes bons amis producteurs de plantes ont permis à chacun d'arriver en toute sécurité. Il m'a fallu quinze minutes pour déballer chaque plante. Alors que j'étais ainsi joyeusement engagé, le peintre est entré dans la cuisine. Comme tout le monde, il avait ses deux sous à mettre et, voyant les plantes que je déballais, il a dit: «Madame, vous devez être médecin pour cultiver ces choses!»

Vous n’avez pas besoin d’être médecin pour cultiver des violettes africaines, bien sûr. C'est une aide cependant, de connaître leur marque de médecine préventive. Dans les conditions appropriées… et ce sont des conditions très précises, admettons-le - les saintpaulias n’auront pas besoin de se faire soigner. Cependant, elles dépendent plus que les autres plantes d'intérieur de soins réguliers. Et quand elles ne sont pas à l'aise, les violettes africaines commenceront à bouder plus tôt et le feront plus évidemment que toutes les plantes que j'ai jamais connues.

Avant que la fenêtre ne soit installée du côté nord, les plantes se plaignaient bruyamment du froid. En janvier, ils se sont plaints bruyamment de la faible luminosité, montrant leur indignation en allongeant les tiges de leurs feuilles. N'ayant pas de luminaires fluorescents dans ma petite pièce de «culture», j'ai dû me contenter d'une lampe équipée d'une ampoule de 150 watts. Je l'ai allumé six heures par jour (à partir de 16 heures les jours les plus sombres), laissant la lumière tomber directement sur le support de la plante. Cette lumière supplémentaire a aidé certains, mais pas autant que le déplacement du support vers une fenêtre plus lumineuse au sud du salon.

À une fenêtre nord, s'il n'y a pas de pleine lumière, un peu de soleil d'hiver et une chaleur à 72 °, vos violettes africaines et, d'ailleurs, toutes les autres plantes n'auront pas beaucoup de fleurs. Mais si vous avez une exposition nordique, utilisez-la, en y ajoutant une lumière fluorescente si vous le souhaitez, pour voir vos plantes à travers les jours sombres.

Un sol stérilisé est un must absolu. Aujourd'hui, il est facile d'acheter de la terre ensachée en petites quantités ou, si vous en avez besoin, vous pouvez stériliser vous-même la terre en la faisant cuire pendant une heure dans un four réglé à 180 °. Une fois le sol refroidi, remuez-le pour l'aérer; puis attendez trois jours avant de l'utiliser. Je n’essaierais tout simplement pas de cultiver des saintpaulias dans un sol qui n’était pas stérile.

Ensuite, il y a la question de l'arrosage. Une fois, quand j'ai dû refuser un week-end parce que je n'avais pas pris de dispositions pour que mes violettes africaines soient arrosées, mon ami a dit: «Oh, j'arrose le mien seulement tous les deux jours. Maintenant c'est intelligent si vous pouvez le gérer, mais je trouve que je dois examiner mes plantes tous les jours; parfois ils ont besoin d’eau et parfois non. Peut-être que je les chouchoute trop, mais les mêmes plantes ne semblent jamais avoir besoin d'eau le même jour. Ils n'iront tout simplement pas comme prévu. La chaleur, le soleil et leurs propres conditions de croissance et de floraison sont les variables auxquelles ils réagissent.

Une autre raison pour laquelle je dois inspecter mes plantes si souvent est que certaines poussent dans des pots de 2-1 / 2 pouces et d'autres dans des tasses demitasse. Si vous n’avez jamais cultivé de violettes africaines dans ces petites coupes, j’espère que vous essaierez ces récipients les plus décoratifs. Je ne peux rien imaginer de plus joli que la douce violette d’Afrique à double fleur, bordée de blanc, par exemple, dans une tasse demitasse avec un léger motif de «dentelle grise». Dès que je pourrai acheter plus de coupes comme celles que j'ai, je cultiverai plus de violettes africaines de cette façon. Ces tasses, qui sont parfaites, mesurent 2-1 / 2 pouces de profondeur et un peu moins de 2-1 / 2 pouces sur le dessus. Pour le drainage, j'ajoute un demi-pouce de petit gravier au fond de chaque tasse.

Les pétioles des violettes africaines poussant dans des tasses de Chine ou des pots en plastique ne sont pas aussi enclins à pourrir que ceux poussant dans des pots en argile. Dans des pots en plastique vert de 3 pouces, qui reposent dans des soucoupes en plastique, j'en ai de nombreux qui se portent tous très bien. Les plantes qui poussent dans les tasses ou les pots en plastique ne doivent être arrosées que tous les trois jours environ (mais pour être sûr que les plantes ont besoin d’eau, sentez le sol entre les doigts pour voir s’il est sec).

Pots nourris à la mèche

Je cultive également des violettes africaines dans des pots nourris à la mèche, qui sont bien conçus et pratiques. Avant de remplir les réservoirs de soucoupes de ces pots, je prends soin de laisser le sol bien sécher. Parfois, j'arrose ces pots par le haut pour éloigner les sels d'engrais de la surface du sol. Les plantes posées sur des plateaux de galets et celles qui poussent dans des pots nourris à la mèche sont les plus faciles à laisser sans surveillance pendant quelques jours.

Quand j'arrose les plantes du plateau, j'ajoute de l'eau jusqu'à ce que les galets soient à peine couverts. Ensuite, les plantes peuvent aspirer l'humidité dont elles ont besoin. Après quelques heures, le niveau d'eau ne doit pas être plus élevé que le fond des pots. (Et ne riez pas, mais quand j'ai inondé les plateaux, comme je l'ai parfois fait, j'ai été assez fou pour utiliser une poire pour prélever l'excès d'eau. Je sais qu'il s'évaporerait avec le temps, mais en attendant, cela m'inquiète de voir les plantes y rester si longtemps.)

Eau à température ambiante

Il va sans dire que l’eau utilisée pour les violettes africaines doit être à température ambiante ou tiède, comme pour le bain d’un bébé. Sur une étagère basse de bibliothèque, je garde toujours un arrosoir rempli d'eau; donc j'ai toujours de l'eau sous la main qui est à la bonne température. Lorsque j'ai besoin de plus d'eau qui doit être prélevée du robinet, je m'assure toujours qu'elle est tiède. L'eau utilisée pour seringuer le feuillage de la violette africaine ou pour diluer un insecticide doit également être tiède.

Les plantes peuvent être arrosées par le haut ou par le bas; l'un ou l'autre est bien; cependant, il est difficile d’arroser les petits pots car le feuillage devient rapidement si dense qu’il est difficile de trouver une ouverture à travers laquelle l’eau peut être appliquée. Cependant, j'aime parfois arroser les plantes par le haut afin que les sels d'engrais ne s'accumulent pas sur le sol.

L'arrosage à la soucoupe est probablement la méthode la plus simple. Mes trois violettes africaines traînent dans de profondes soucoupes en verre. Tous les matins, je verse un peu d’eau dans chaque soucoupe, et si elle n’est pas partie à midi, je la vide, sachant que j’en ai trop appliqué. En effet, je pense que nous avons tous tendance à trop arroser les plantes. Je sais que oui. Et la raison, je suppose, c'est que l'arrosage des violettes africaines est tellement amusant!

Des groupes de violettes africaines dans des bols peu profonds ou des jardinières ajoutent une plus grande variété au jardin de la fenêtre que les rangées et les rangées de pots. La jardinière que j’ai placée sur l’une des demi-étagères attire tous les regards. J'aime particulièrement les plantations en coupe, car elles attirent aussi l'attention. Placés sur les étagères supérieures, ils allègent la lourdeur des étagères plus larges en dessous. J'utilise également le pot ou des spécimens poussant dans des tasses comme centres de table; Une «variété à fleurs bleues» est l'accent parfait pour un ensemble de déjeuner à rayures lavande et argent, et les variétés roses sont charmantes avec des carrés de lin rose.

Je ne suis pas enthousiasmé par les grandes plantes, et même les plus grandes doivent se contenter longtemps de pousser dans un pot de 3 pouces. Pour garder mes violettes africaines à l'échelle avec leurs petits pots et aussi avec le jardin de la fenêtre, j'enlève fréquemment certaines de leurs feuilles extérieures. Bien sûr, je ne cultive pas de plantes d'exposition qui doivent avoir des verticilles parfaites de feuilles positionnées exactement. La façon dont j'enlève le feuillage de mes violettes africaines pourrait même être qualifiée de mutilation selon les normes des exposants. Les grandes plantes d'exposition peuvent en effet être belles. Cependant, pour obtenir une plante avec une largeur de 2 pieds, vous devez avoir une superficie d'un peu plus de 2 pieds de large pour la cultiver, et beaucoup d'entre nous ne peuvent pas ménager autant de place.

Lorsque les plantes développent plusieurs couronnes et deviennent assez grandes, elles semblent demander à être divisées ou du moins à recevoir des quartiers plus grands. Mais cette demande, je n'accepte pas. J'essaie de détecter plusieurs morceaux de couronne assez tôt pour pouvoir les couper sans cicatriser les plantes. Je veux que mes plantes fleurissent, pas beaucoup de feuillage gras.

Pour favoriser la floraison, j'applique chaque semaine un engrais végétal liquide sur mes violettes africaines. J’ai trouvé que c’était un bon plan d’alterner les matériaux afin de varier le régime alimentaire des plantes. Pendant les jours froids d'hiver, quand mes plantes ne sont pas aidées avec des lumières artificielles, je n'essaye pas de les stimuler à fleurir; ce serait trop demander. Mais lorsque les plantes ont une bonne lumière, j'exige d'elles de bonnes performances et je les nourris en conséquence. Mes violettes africaines sont très jolies en ce moment.

L’état de la violette africaine est la preuve qu’il reçoit ou non suffisamment de lumière ou de soleil. Habituellement, le plein soleil d'hiver n'est pas trop fort, même s'il peut l'être s'il est intensifié par les reflets brillants de la neige. L'hiver dernier, je suis retourné un soir pour trouver plusieurs de mes variétés pâles soit tachées de rousseur, soit franchement brûlées par le soleil.

L'avis usé selon lequel les violettes africaines ont besoin d'ombre est, d'une manière générale, faux. Quand on me montre des plantes qui ne fleurissent pas, je découvre généralement qu'elles étaient:

(1) pas à une fenêtre,
(2) debout dans l'eau ou
(3) si épais recouvert de plusieurs morceaux de couronne qu'une fleur ne pouvait pas se frayer un chemin à travers le feuillage.

Un aspect agréable de la culture des saintpaulias est qu'elles aiment la même atmosphère que nous. Il devrait être d'environ 70 ° à 72 °. Ils peuvent le supporter un peu plus frais et cela ne les dérange pas un peu plus chaud. Je suis étonné de la grande variation de température que les plantes endurent avec sérénité. Parfois, la température a varié de 60 ° à 75 °. Une baisse de 10 ° la nuit, comme cela se produit à l'extérieur lorsque le soleil se couche, est préférable au maintien de la chaleur constante de la journée. Les Saintpaulias veulent aussi une atmosphère fraîche. Sauf les jours froids, j'abaisse la fenêtre du milieu à environ un pouce du haut le matin et de nouveau en milieu d'après-midi. Une pièce aussi petite que la mienne peut devenir étouffante, et les violettes africaines et moi avons besoin de beaucoup d'air frais.

Moi aussi, je ne saurais pas grand-chose sur les insectes et les maladies si je n’avais pas appris sur la plupart d’entre eux ailleurs que dans mon propre jardin de fenêtres. Seule la pourriture des pétioles s'est produite sur mes plantes. La plante d'intérieur que je garde à l'intérieur fonctionne sur un bateau propre… Je ne pulvérise que mes autres plantes à feuillage.

Dans mes vitrines, j'ai des plantes autres que les violettes africaines parce que j'aime les parfums; si les saintpaulias ont un défaut, c'est qu'elles sont inodores. L'héliotrope, le jasmin, le narcisse, la jacinthe et les géraniums à feuilles douces m'attirent par leur parfum. Étonnamment, tout grandit avec mes violettes africaines. Et les pucerons occasionnels qui échappent à mon œil d'aigle et grimpent sur les géraniums, l'héliotrope, le narcisse et d'autres plantes ne s'égarent heureusement pas vers mes violettes africaines.

Faisons tous passer le mot que les violettes africaines sont en fait faciles à cultiver. Avec un sol stérile et léger, de l'eau à température ambiante, une chaleur et une ventilation suffisantes, ils sont voués à prospérer. Sans ces conditions environnementales de base, les violettes africaines ne sont pas difficiles à cultiver, elles sont impossibles!

Non, vous n’avez pas besoin d’être médecin pour cultiver des saintpaulias, mais la pratique de la médecine préventive - leur genre - est essentielle. Et si vous avez des plantes saines, faites-en pousser certaines à ma façon - là où elles peuvent être vues et appréciées. Tout le monde aime regarder les violettes africaines!


Voir la vidéo: Petite visite virtuelle de mes violettes africaines au mois de mars 2019 (Septembre 2021).